Missions du Professeur de Mathématiques


Il faut avoir les connaissances et les compétences diversifiées nécessaires à l’exercice du métier de professeur de mathématiques dans un établissement d’enseignement du second degré. En termes scientifiques, il s’agit de :

  • maîtriser, avec une profondeur suffisante pour pouvoir les enseigner, les connaissances fondamentales et pratiques qui sont déjà largement abordées au niveau d’une licence de mathématiques,
  • s’initier à la réflexion sur les modalités d’acquisition par l’élève, des connaissances mathématiques, notamment à travers l’analyse des erreurs des élèves, la familiarisation avec les programmes de l’enseignement secondaire, la connaissance des publics, la connaissance du contexte institutionnel et social du système éducatif français.

Conditions d’admission au Master


L’inscription au master MEEF, quels que soient la mention et le parcours, est ouverte aux candidats titulaires d’une licence :

  • Une licence du même domaine disciplinaire pour tous les parcours de MEEF (en l’occurrence : une licence de Mathématiques).
  • Une licence (ou diplôme équivalent) d’un autre domaine. Tout changement de domaine donne lieu à un examen du dossier, éventuellement à un entretien avec le responsable de la formation.

Avant de vous inscrire au master et au concours (CAPEPS), nous vous conseillons de :

  • maintenir votre niveau dans les disciplines de l’écrit du concours,
  • prévoir en licence de suivre des modules de préprofessionnalisation,
  • obtenir le C2i niveau 1 étudiant.

Téléchargement

Plaquette de présentation

M1 : Contenus et modalités

Réussir le master et réussir le concours


Attention ! La réussite au concours est distincte de l’obtention d’un master. Il est obligatoire d’obtenir son master 2 pour valider sa réussite au concours.

La formation est assurée sur le site de l’ESPE de l’Académie de Limoges.

Les UE en M1 se répartissent en 5 blocs :

  1. Un bloc « disciplinaire » de 32 ECTS recouvrant les connaissances disciplinaires, les TICE adaptées à la discipline et une langue vivante.
  2. Un bloc « didactique » de 13 ECTS recouvrant les démarches pédagogiques et l’histoire des mathématiques.
  3. Un bloc « recherche » de 5 ECTS.
  4. Un bloc « contexte d’exercice du métier » de 7 ECST.
  5. Un bloc «  mise en situation professionnelle » de 3 ECTS de stage et accompagnement de stage.

Les UE en M2 se répartissent en 4 blocs :

  1. Un bloc « disciplinaire et didactique » de 24 ECTS recouvrant les connaissances disciplinaires les TICE adaptées à la discipline et une langue vivante.
  2. Un bloc « recherche » de 10 ECTS.
  3. Un bloc « contexte d’exercice du métier » de 6 ECST recouvrant la formation générale.
  4. Un bloc «  mise en situation professionnelle » de 20 ECTS de stage en responsabilité et accompagnement de stage.

La préparation au concours s’effectue en M1. Les lauréats du concours seront fonctionnaires stagiaires en M2. Les étudiants ayant validé le M1 mais ayant échoué au concours pourront le représenter en M2 avec des heures de préparation spécifique.

Contact :

Organisation des stages du master MEFE


Ils ont un rôle essentiel car ils sont au cœur de cette formation où alternent savoirs théoriques et pratiques.

Le concours de recrutement de Professeur de Mathématiques


Conditions d’inscription :  avoir obtenu un Master 1 ou être inscrit en Master 1.

Dates d’inscription au concours :  Les inscriptions se font par Internet uniquement sur le site web du ministère de l’Education nationale (http://www.education.gouv.fr/pid29075/recrutement.html) en début d’année universitaire.

Programmes : Ils sont centrés autour de la culture disciplinaire, de la capacité à planifier et organiser une séquence d’enseignement, de la connaissance du service public de l’éducation.

Calendrier :

  • épreuves écrites d’admissibilité : au 2e semestre du M1 (avril environ)
  • épreuves orales d’admission : à la fin du 2ème semestre de M1 (juin-juillet)

Épreuves du concours :

  • Épreuves écrites : le programme est constitué de la réunion des programmes de mathématiques du collège, du lycée et des classes post-baccalauréat du lycée (STS et CPGE) en vigueur.
  • Épreuves orales : le programme est constitué de la réunion des programmes de mathématiques du collège, du lycée et des sections de techniciens supérieurs en vigueur au titre de l’année scolaire

La stagiarisation, puis la titularisation en tant que professeur de collège ou de lycée (général, technologique)


Les concours de recrutement des professeurs du second degré sont nationaux.

Après l’obtention du concours et du Master 1 MEEF, les lauréats, désormais étudiants en Master 2, sont nommés professeurs stagiaires. Ils sont donc affectés dans une académie pour effectuer un stage d’un an – à mi-temps, payé plein temps – dans un établissement et inscrits à l’ESPE de la même académie.

La stagiarisation et la titularisation interviennent après avoir satisfait aux conditions suivantes :

  1. la réussite au concours en fin de M1 et l’admission en M2 pour la stagiarisation,
  2. la réussite au master MEEF pour pouvoir prétendre à la titularisation ou à un autre master, à la condition de suivre une formation complémentaire et professionnelle dans le cadre d’un Master 2 MEEF.

Reste à obtenir, pour la titularisation, un avis pédagogique favorable de l’employeur, représenté par les corps d’inspection et/ou les tuteurs ayant effectué le suivi des personnels stagiaires, à l’issue du stage en responsabilité.

Affectation, rémunération et carrière


Une fois la titularisation obtenue, les professeurs formulent des vœux en vue de leur future affectation l’année suivante. Cela se fait dans le cadre du mouvement national à gestion déconcentrée.

La rémunération est évolutive car elle augmente au fur et à mesure que sont franchis les échelons du grade. Chaque professeur est noté annuellement, ce qui permet de franchir les échelons à des vitesses variables (grand choix, petit choix, ancienneté).

Les stagiaires M2 seront classés à l’échelon 1 (3 mois), puis 2 (9 mois) pour être titularisés à l’échelon 3 (cf. site http://www.education.gouv.fr/). Un professeur débute dans la classe normale de son corps et peut intégrer la hors-classe ensuite, la rémunération est alors plus élevée.

La carrière est évolutive, des orientations étant possibles :

  • en se présentant au concours interne ou externe de l’agrégation,
  • en intégrant une équipe de formation continue,
  • en devenant sur concours inspecteur (IEN, IA-IPR),
  • en devenant sur concours chef d’établissement,
  • en devenant PRCE (professeur certifié) ou PRAG (professeur agrégé) dans l’enseignement supérieur,
  • en soutenant une thèse pour accéder à un poste de maître de conférences, puis de professeur des universités,
  • en étant détaché dans d’autres administrations.

Compléments d’information sur la carrière :  http://www.education.gouv.fr/pid3/concours-emplois-et-carrieres.html